Jardin de l'Arsenal (Paris, Bastille)

Le port de plaisance et jardin de l’Arsenal

Situé à a lisière du Marais et du Faubourg Saint-Antoine, dominé par la colonne de juillet de la place de la Bastille, le bassin de l’Arsenal, dernier plan d’eau du canal Saint-Martin avant sa jonction avec la Seine, fut pendant longtemps un lieu méconnu des parisiens.

Crédits et noms des intervenants

  • Études d’urbanisme : Atelier Parisien d’Urbanisme (A.P.U.R)
  • Maîtres d’ouvrage : Direction des Parcs, jardins et espaces verts
  • Maîtres d’œuvre : Philippe Mathieux, architecte ; S.E.T.E.B, bureau d’étude
  • Maître d’œuvre capitainerie : Philippe Mathieux, architecte ; B.E.F.S, bureau d’étude

Genèse du projet

Le site, encaissé, entouré par la circulation importante des boulevards Bourdon et de la Bastille, limité côté ouest par l’enceinte de Charles V et à l’opposé par une berge encombrée d’un amoncellement d’appareils sanitaires, de matériaux de construction et de hangars vétustes, n’incitait guère les promeneurs à y prêter attention. Il est important de souligner que les approvisionnements de matériaux ne se faisaient pas par voie d’eau mais principalement par camions.

Ce paysage, d’une très grande qualité, comme à l’écart de la ville, aurait même pu disparaître à jamais si le projet de voie rapide (l’axe nord-sud) avait vu le jour. Un tel patrimoine méritait d’être reconquis au profit des parisiens.

En 1976, l’Atelier Parisien d’Urbanisme (A.P.U.R) est chargé d’élaborer un schéma d’aménagement des berges de la Seine dans Paris. Parmi les objectifs recherchés se pose le problème de la réalisation d’un port de plaisance. En effet, chaque année environ mille plaisanciers, venant principalement d’Angleterre, de Hollande, de Belgique et d’Allemagne, transitent par la capitale. Il existe bien un port de plaisance au port de la Concorde, mais outre que celui-ci ne peut accueillir qu’un nombre restreint de bateaux, il se révèle particulièrement inconfortable du fait des risques de crues et de remous importants provoqués par les gros convois et les bateaux de passagers. De tels inconvénients n’existent pas au bassin de l’Arsenal, avec ses eaux calmes et l’écluse située côté Seine ; et c’est tout naturellement que vient l’idée d’y réaliser un tel équipement.

Le 11 septembre 1978, le conseil de Paris approuve le schéma d’aménagement des berges de la Seine qui prévoit, parmi les nombreuses propositions, la réalisation d’un port de plaisance accompagné d’un jardin public.

Le port de plaisance

D’une longueur de 575 mètres pour une largeur variant de 40 à 70 mètres, le plan d’eau est particulièrement vaste en raison de sa fonction ancienne de port et « gare d’eau ». Une telle dimension permet d’accueillir 176 postes d’amarrage.

La configuration du site offre aussi l’avantage de pouvoir aménager tous les équipements nécessaires à un port moderne, qu’il aurait été très difficile de réaliser sur les berges de la Seine.

Il en résulte de très bonnes conditions de confort pour les plaisanciers :

  • Des appartements flottants pour l’amarrage des bateaux avec des bornes de distribution d’eau et d’électricité ;
  • Une grue de mise à l’eau pouvant accepter une charge de 10 tonnes ;
  • Une capitainerie dotée d’un poste de contrôle ayant une vue panoramique sur le plan d’eau avec une télécommande de l’écluse ;
  • Des douches et des sanitaires ;
  • Un logement de fonction.

En plus de sa fonction de port de plaisance, le bassin de l’Arsenal est aussi le point de départ de bateaux à passagers pour la visite du canal Saint-Martin jusqu’au bassin de la Villette ou pour une destination plus lointaine, le canal de l’Ourcq jusqu’à Meaux.

Le jardin de l’Arsenal

La berge est du bassin de l’Arsenal, large et bien ensoleillée, à l’écart des nuisances de la circulation automobile des quais hauts, était tout à fait adaptée à la réalisation d’un jardin public de 9000 m², dans un secteur de Paris pauvre en espaces verts.

Le parti pris retenu pour l’aménagement consiste en la réalisation d’une succession de terrasses permettant une descente progressive depuis la place et le boulevard de la Bastille. Cette composition qui souligne la géométrie linéaire du bassin rend aisé l’accès à la berge, qui est très encaissée, tout en offrant des vues dominantes sur le plan d’eau.

Afin de s’harmoniser avec un paysage très rigoureux composé de hauts et longs murs de pierres, le choix s’est porté vers une architecture très sobre qui utilise un vocabulaire presque classique : longues perspectives, mails plantés, gradins de pierres et haies taillées.

Sur le plus haut niveau, côté place, dominant l’ensemble du jardin, il a été aménagé un restaurant qui utilise, comme seuls matériaux, le verre et le métal. Une terrasse extérieure permet, les beaux jours, de contempler l’ensemble du site, le plan d’eau et les bateaux.

Ils parlent du jardin du Port de l’Arsenal

Perspective originale du jardin de l’Arsenal

Voici une perspective originale du jardin du port de l’Arsenal, dessinée en août 1980.

Perspective du jardin de l'Arsenal à Paris

À lire également